LE PETIT CHAT EST MORT ÉPISODE 17 : LA BOUSE APOCALYPTIQUE

LE PETIT CHAT EST MORT ÉPISODE 17 :  LA BOUSE APOCALYPTIQUE

Vous le savez bien, j’ai un petit chat qui lit en cachette Sigmund Freud. Tout a commencé par une belle soirée d’hiver durant le confinement. Mon petit chat, comme à son habitude, assis dans mon fauteuil, lisant mon journal avec mes lunettes de lecture de près, fumant ma pipe que je lui bourre bien entendu, les pieds bien au chaud dans mes pantoufles, que je lui revêts bien sagement. Quant à moi, bien allongé sur ma belle carpette, rêvant à ces ouvrières communistes de chez Renault, bien rondes et bien tassées, espérant qu’elles auront des accidents de tétons. L’apothéose quoi.

Lire la suite « LE PETIT CHAT EST MORT ÉPISODE 17 : LA BOUSE APOCALYPTIQUE »

LE BLUES DU DIMANCHE

LE BLUES DU DIMANCHE

Une gêne qui rythme les fins de semaines

Le du blues dimanche soir est une sensation assez particulière et pénible pour beaucoup d’entre nous avec cette perception de morosité, de vague à l’âme, de sentiment de vide. Sa caractéristique principale est qu’elle n’a pas de cause connue. Le seul lien que l’on trouve, est que cette sensation survient durant le dimanche, en général en début d’après-midi. En effet, cette sensation est plus liée à une fin de semaine qu’à une journée particulière. Dans les pays où la fin de semaine est un vendredi, beaucoup de personnes éprouvent cette sensation le vendredi après-midi. On peut donc parler ici de blues du vendredi. À titre personnel, je définis le blues le dimanche comme une gueule de bois de fin de semaine.

Lire la suite « LE BLUES DU DIMANCHE »

JEAN-JACQUES ROUSSEAU : DU CONTRAT SOCIAL

JEAN-JACQUES ROUSSEAU : DU CONTRAT SOCIAL

Du contrat social est un livre majeur de Jean-Jacques Rousseau où il y exprime toute la profondeur de sa pensée politique. Rousseau part des constats suivants :

– Les hommes naissent libres, mais finissent dans les chaînes.

– Aucun humain n’a naturellement de pouvoir légitime sur un autre être humain.

Lire la suite « JEAN-JACQUES ROUSSEAU : DU CONTRAT SOCIAL »

L’ÉTAT DE NATURE SELON JEAN-JACQUES ROUSSEAU

L’ÉTAT DE NATURE SELON JEAN-JACQUES ROUSSEAU

Jean-Jacques Rousseau construit progressivement et par étapes sa pensée pour nous faire admettre que :
D’une part l’homme est libre par nature.
D’autre part, aucun être humain n’a de pouvoir légitime sur un autre être humain.
Se pose impérativement la question suivante :  pourquoi l’homme qui est libre naturellement se trouve emprisonné dans la tyrannie d’un système qu’il a créé lui-même ?

Lire la suite « L’ÉTAT DE NATURE SELON JEAN-JACQUES ROUSSEAU »

Jean-Jacques Rousseau, en quoi l’humain est libre

En bref : l’homme est libre parce qu’il arrive à s’arracher à sa propre nature contrairement à l’animal qui obéit à son instinct. Pour cet homme libre, il faut trouver, d’une part une éducation qui maintient cette liberté, d’autre part, un système politique qui ne l’enchaîne pas dans la tyrannie.

Lire la suite « Jean-Jacques Rousseau, en quoi l’humain est libre »

JEAN JACQUES ROUSSEAU L’INFÂME ?

JEAN JACQUES ROUSSEAU L’INFÂME ?

Jean-Jacques Rousseau est un auteur à part dans la pensée du XVIIIe siècle. À chaque fois qu’il écrit un livre, il sera calomnié, pourchassé, traqué par la fédération suisse, mais de même par d’autres philosophes tels que Voltaire et les gens de l’encyclopédie. Il ne s’agit pas d’une simple rivalité entre philosophes, il s’agit de comportements graves de la part de Voltaires et de ses amis qui auraient pu conduire à son emprisonnement, voire compromettre sa vie.

Lire la suite « JEAN JACQUES ROUSSEAU L’INFÂME ? »

L’HOMME QUI VOULAIT CONNAÎTRE SON DÛ. CONTE MAROCAIN, PARTIE 3

10

Le prospère continua sa route et après plusieurs semaines arriva de nouveau à proximité d’une effrayante forêt dit-on habitée par un Ogre qui a mangé quatre-vingt-dix-neuf personnes et qui attend patiemment de tuer la centième pour accomplir son vœu le plus cher, à savoir, manger cent personnes. Aussi, comme il avait le flair très affûté, il sentit la présence humaine. Grande fut la joie de l’Ogre lorsqu’il vit devant lui un homme complètement perdu, il sut que finalement son vœu le plus cher, manger une centième personne, allait se réaliser sur-le-champ.

Lire la suite « L’HOMME QUI VOULAIT CONNAÎTRE SON DÛ. CONTE MAROCAIN, PARTIE 3 »

PRÉSENTATION BRÈVE DU CONTE AU MAROC

PRÉSENTATION BRÈVE DU CONTE AU MAROC.

introduction

Il y a dans le conte marocain une grande sophistication à l’image des traditions de ce pays. Si beaucoup de contes sont là avant tout pour divertir les petits, certains ont une portée éducative certaine. En général les contes sont racontés par une personne âgée telle que la grand-mère.

Lire la suite « PRÉSENTATION BRÈVE DU CONTE AU MAROC »

L’HOMME QUI VOULAIT CONNAÎTRE SON DÛ. CONTE MAROCAIN, PARTIE 2

4

Et c’est ainsi que durant trois jours et trois nuits Monsieur le prospère prépara son voyage. Il chargea son fidèle mulet de toutes les provisions, de tout ce dont il avait besoin pour parcourir toutes ces grandes distances pour rencontrer Dieu. Il fut triste lorsqu’i quitta ses trois filles, mais il promit de revenir rapidement.

Lire la suite « L’HOMME QUI VOULAIT CONNAÎTRE SON DÛ. CONTE MAROCAIN, PARTIE 2 »

ÉPICTÈTE : CE QUI DÉPEND DE NOUS ET CE QUI NE DÉPEND PAS DE NOUS, 2

UNE PENSÉE EN RAPPORT AVEC LA RÉALITÉ DU QUOTIDIEN.

La pensée d’Épictète n’est pas théorique, c’est une sagesse du quotidien. Il nous donne un exemple de ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous. Ainsi, nous dit-il, lorsque vous allez au bain, sachez que vous serez éclaboussés, insultés et probablement volés. Mais vous devez vous conformer à la nature, c’est-à-dire ne pas vous emporter. C’est un exemple qui peut s’adapter à notre époque contemporaine, je vous invite juste à aller faire un petit tour du côté des piscines.

Lire la suite « ÉPICTÈTE : CE QUI DÉPEND DE NOUS ET CE QUI NE DÉPEND PAS DE NOUS, 2 »